Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Parlons Politique !

Parlons Politique !

Menu

Les Républicains

Crée en 2014 par Nicolas Sarkozy, Les Républicains est le principal parti de droite en France. Se voulant comme héritier du gaullisme, il suit la lignée des différents partis de droite depuis la IV.République et se positionne sur l'échiquier politique entre le centre-droit et la droite

I. Histoire des différents partis gaullistes

En 1947, le Général de Gaulle crée le Rassemblement du peuple français (RPF) dans son discours de Strasbourg. Ce mouvement a pour but de rassembler les français à s'unir pour le salut commun. Il permet aux politiques de tout bord d'y adhérer, sauf aux communistes et aux collaborateurs du Régime de Vichy. Le mouvement du Général se veut contre le Parti communiste et contre la IV.République. Le RPF a connu quelques succès électoraux dans les grandes villes aux élections municipales de 1947. Le mouvement a pourtant du mal à se faire entendre politiquement, en étant peu médiatisé. Parti d'opposition, le parti a perdu beaucoup de ses élus entre 1952 et 1953 et fut mis en sommeil en 1955. Néanmoins, afin que le gaullisme ne meurt pas , des groupuscules ont été crées afin de faire vivre la flamme du Général de Gaulle. La structure principale héritant du gaullisme étaient les Républicains sociaux. Obtenant un faible score aux élections législatives en 1956, ils furent dirigés par Jacques Chaban-Delmas et composèrent le "Front Républicain", coalition de centre gauche qui visa à etre contre le poujadisme (mouvement d'extrême-droite) et qui chercha des solutions à la Guerre d'Algérie. Cette coalition fut un échec et prouva l'impuissance de la IVè République face à des problèmes de grande ampleur.

En 1958, suite au retour au pouvoir du Général de Gaulle, fut crée l'Union pour la nouvelle République, afin de soutenir son action. Au premier scrutin législatif de 1958, l'UNR obtient 17.6% des voix et représente le plus gros groupe au gouvernement. Le parti connut un conflit interne au sujet de la question de l'indépendance algérienne, dans lequel quelques partisans de l'Algérie française furent exclus du parti. Le parti se regroupa en 1962 avec les gaullistes de gauche, l'Union démocratique du travail, afin de devenir l'UNR-UDT. Ensemble, ils récoltèrent près de la moitié des sièges à l'Assemblée Nationale. C'est sous cette étiquette que le Général de Gaulle fut réelu Président de le République en 1965, au premier scrutin universel pour ce genre d'élection. Les élections législatives de 1967 furent remportées d'une courte tête sous la nouvelle étiquette de l'Union des démocrates pour la Vè République. Renommé Union des démocrates pour la république(UDR) un an plus tard, le parti obtient la majorité absolue à l'Assemblée Nationale en 1968. Suite à la démission du Général de Gaulle en 1969, le premier ministre gaulliste Pompidou se présente à l'élection présidentielle et remporte avec 58% des suffrages exprimées au second tour. En recul net aux élections législatives de 1973, l'UDR reste le premier groupe d'élus à l'Assemblée Nationale. La mort de Georges Pompidou précipita les élections présidentielles et deux candidats de la majorité se présentent : Jacques Chaban-Delmas,premier ministre de Pompidou pendant trois ans, et Valéry Giscard d'Estaing, ministre de l'économie et des finances depuis les années 1960. Seul le premier d'entre eux est soutenu par l'UDR .Jacques Chaban Delmas ,obtenant la troisième place avec 15% des voix, est donc éliminé dès le premier tour.Valéry Giscard d'Estaing fut élu président de la République. Néanmoins, les premiers ministres de VGE furent de l'UDR, Jacques Chirac entre 1974 et 1976 puis Raymond Barre entre 1976 et la fin du septennat.

Peu après sa démission de la fonction de premier ministre, Jacques Chirac, en rupture totale avec le président et le nouveau premier ministre Raymond Barre idéologiquement, fonde le Rassemblement pour la République, au nom de l'héritage gaullien. Malgré le ressentiment de parti d'opposition, le gouvernement fut constitué d'un tiers de ministres RPR jusqu'en 1981.

En 1981, le président du parti Jacques Chirac se présente pour la première fois aux élections présidentielles. Malgré la candidature dissidente de Michel Debré, qui n’atteint seulement 1.66% des voix, le chef de la droite gaulliste n'arrivera pas au second tour malgré 18% des suffrages exprimés. Le président sortant fut battu par François Mitterand, premier président socialiste lors de la Vè République. Ce dernier dissous l'Assemblée Nationale afin de procéder à de nouvelles élections législatives dans le but de changer de majorité. But atteint par la gauche, qui relégua pour la première fois sous la Vè République un parti gaulliste à l'opposition parlementaire, malgré une union entre les chiraquiens et les giscardiens.

Principale force d'opposition, l'union entre l'UDR et l'UDF remporta les élections européennes de 1984 en rassemblant 43 % des suffrages avec comme tête de liste Simone Veil. Il est à noter que l'opposition gaulliste remporta deux fois plus d'élus que le parti socialiste.

Deux ans plus tard, la même union gaulliste et libérale remporta les premières élections législatives proportionnelles à tour unique avec 40% des voix et 47.9% des sièges de députés. La droite retourne au gouvernement et Jacques Chirac redevient premier ministre. La première cohabitation a donc lieu.

L'élection présidentielle de 1988 sera la fin de l'alliance entre l'UDF et le RPR. Le Premier Ministre et le Président s'affrontent au second tour : le président sortant est réélu avec 54% des suffrages.

Tout comme sept ans plus tôt, le président Mitterand dissout l'assemblée. Le RPR arrive deuxième, est revient au statut de principal parti d'opposition.

Les élections européennes ont lieu un an plus tard : l'union RPR-UDF se reforme est remporte 29% des voix,avec comme tête de liste Valéry Giscard d'Estaing,ancien adversaire du leader du RPR et ancien président de la République.

Après cinq ans d'opposition, le RPR remporta les élections législatives de 1993 avec 44% des sièges. Formant un gouvernement avec l'UDF, ils ont à eux deux près de 80% des sièges, soit la plus écrasante majorité de la Vè République. Edouard Balladur,ministre de l'économie lors de la première cohabitation, est Premier Ministre de la seconde cohabitation en lieu et place de Jacques Chirac, qui se consacre à se préparer aux élections présidentielles de 1995.

Les partis du gouvernement présentèrent une liste commune aux élections européennes de 1994,afin de ne pas scier le gouvernement en deux. L'union remporte cette élection avec 25% des voix.

Très populaire , le Premier Ministre Balladur se présente à l'élection présidentielle de 1995 contre Jacques Chirac, du même camp politique.Le RPR soutient et finance seulement la candidature de Chirac, leader historique du parti. Seul Chirac arriva au second tour, et arriva derrière le candidat socialiste. Cependant, Chirac est élu président de la République le 7 mais 1995 et nomme Alain Juppé premier ministre.

Au bout de deux ans, le président Chirac dissout l'Assemblée Nationale et le RPR perd les élections législatives : la gauche plurielle est vainqueur et Lionel Jospin devient premier ministre.

Aux élections européennes de 1999, deux candidats RPR menèrent deux listes distinctes : Nicolas Sarkozy, soutenu par le parti, et Charles Pasqua,ancien ministre de l'intérieur dissident de la droite classique, créant son mouvement "Rassemblement pour la France" .Le RPF reçoit un peu plus de voix et d'électeurs que le RPR. Cette division de la droite permettra à la gauche de remporter ce type d'élection pour la première fois.

Le RPR tente à partir de l'an 2000 de rassembler toutes les tendances du parti (gaulliste, libérale, démocrates chrétienne) en vue des élections présidentielles et législatives de 2002.

Jacques Chirac, candidat RPR est réelu avec 82% au second tour. Néanmoins, il aura eu le plus faible score pour un président sortant aux élections présidentielles au premier tour,ayant 19.88% des suffrages exprimés. Le RPR remporta par la suite les élections législatives en ayant 62% des sièges, soit la majorité absolue.

Le RPR se dissous en 2002 en Union pour un mouvement populaire (UMP) en y intégrant les différents courants de la droite. Alain Juppé , ancien premier ministre, dirige le parti en compagne de Philippe Douste-Blazy.

Les élections régionales et cantonales de 2004 seront des défaites de la droite. Une majorité de départements passent à gauche et la droite ne garde plus que 2 régions, l'Alsace et la Corse.

Les élections européennes de la même année, menées par Alain Juppé, seront un nouvelle défaite pour la droite, avec 16% des voix. et 12 points d'écart avec la gauche.

Peu après, suite à ces affaires judiciaires, Alain Juppé quitte la direction du parti au profit de Nicolas Sarkozy, ministre de l'intérieur .

Le parti se modernise et présente Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2007. Avec 53% des voix au second tour, Nicolas Sarkozy est élu Président de la République. L'UMP remporte les élections législatives avec 46%.des voix . L'UMP remporte par la suite les élections municipales de 2008 puis les élections européennes de 2009 avec 27% des voix.

La majorité présidentielle perd les élections régionales de 2010, avec 27% des voix. La gauche récolte à titre de comparaison près du double des voix.

Les élections cantonales de 2011 seront à nouveau une défaite pour la droite, qui n'obtient seulement 20% des voix.

Nicolas Sarkozy se représente en 2012 pour l'élection présidentielle. Suite à son impopularité, il perd l'élection au profit du candidat socialste François Hollande. La droite perd l'élection législative, revenant donc pour la première fois depuis 10 ans dans l'opposition.

Après les défaites électorales, l'UMP souhaite renouveler sa direction, en élisant son nouveau président. Jean-François Copé est élu avec 50.23% président de l'UMP. Il démissionnera deux ans plus tard à cause de son implication dans une affaire de financement illégal.

En 2014, Nicolas Sarkozy est élu président de l'UMP. En 2015, il change le nom du parti en Les Républicains. La droite remporte d'une courte tête les élections régionales de 2015 avec 40% des voix au second tour et la moitié des régions.

Les Républicains peuvent-ils aujourd'hui revenir au pouvoir ?

II.Tendances du parti

Les Républicains rassemble des centristes, des démocrates, des gaullistes et des libéraux.

Les multiples tendances peuvent avoir comme inconvénient d'avoir plusieurs chefs dans le parti, ce qui peut amener plusieurs conflits internes.

Une élection interne aura lieu en 2016 afin de nommer le futur candidat à l'élection présidentielle.