Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Parlons Politique !

Parlons Politique !

Menu

Parti Socialiste

Actuellement au pouvoir, le Parti socialiste est le plus ancien parti en France toujours actif. Situé à gauche de l'échiquier politique, le PS, symbolisé par sa rose, a dû alterner entre opposition et pouvoir depuis le début du XXème siècle.

I. Histoire du socialisme et des partis socialistes en France

Les nombreux mouvements ouvriers au XIXème siècle ont formés de nombreux groupe socialistes, afin de mettre en valeur les questions sociales. Malgré les divergences, notamment lors de la Révolution de 1848, le socialisme a pu mettre avant ces idées en dénonçant les conditions de travail de l'époque.

Malgré l'influence de Karl Marx dans les idées du socialisme, ce n'est qu'en 1905 qu'un parti politique socialiste se crée : la Section française internationale ouvrière. Dirigé par Jean Jaurès, le parti a un électorat très large, dans lequel des intellectuels comme des artisans ou des ouvriers se côtoient. La SFIO laisse une grande place aux élus locaux, et défend son indépendance par rapport aux syndicats, entre autre par rapport à la CGT. Entre la création du parti et le début de la première guerre mondiale, l'influence dans les urnes augmente, passant de 10% des voix en 1906 à 17% des voix en 1914. Lors de la Première Guerre Mondiale, le parti gagne en popularité suite à la Révolution Russe de 1917. Un an après la fin de la guerre, la SFIO perd les élections législatives avec 22% des voix contre la droite, nommé Bloc National, qui remportera les élections avec 53% des voix. Après cette défaite, la SFIO organisera le Congrès de Tours, afin de savoir si le parti adhère à l'International Communiste ou non. La SFIO est divisée à ce sujet. Le parti se divise donc en deux, et ceux qui souhaitent adhérer et donc se soumettre à l'Internationale Communiste créent la SFIC ( section française de l' internationale communiste) et la SFIO adhérera à une politique différente à l'Internationale Communiste.

La SFIO perd la majorité de ses adhérents mais garde la plupart des élus. 5 ans après la division, la SFIO connaîtra son premier grand succès électoral : il obtient 20% des voix ( et donc 2ème en terme de voix) mais s'allie avec le Parti républicain,radical et radical-socialiste afin de former le gouvernement. Cette alliance sera nommée "Cartel des Gauches". La SFIO sort donc vainqueur de la scission de 1919, malgré que de plus en plus d'adhérents aillent vers la frange gauche du parti. De 1928 à 1936, la SFIO est un parti d'opposition.

En 1936, en ajoutant le Parti Communiste à l'alliance de 1924, le "Front Populaire" se crée et remporte les élections avec 57% des voix.

Lors de l'Occupation, la SFIO est encore divisée : certains collaborent avec le Régime de Vichy et d'autres entrent dans la Résistance. La SFIO est représentée en tant que tel au Conseil National de la Résistance, présidé par le Général de Gaulle.

Après la Guerre, la SFIO perd en influence par rapport au parti communiste, qui sera le premier parti en terme de voix au début de la IVè République. Le mouvement socialiste est donc la troisième force politique lors de la IVè République, est aura sa place au gouvernement pendant l'intégralité de la IVè République.

Au début de la Vè République, la SFIO se redivisera à propos du retour du Général de Gaulle au pouvoir et de la question de l'indépendance algérienne. Ses division coûteront cher au parti, qui avait 23% des voix en 1945 et qui tout à coup obtient 12% des voix en 1962.

François Mitterrand représente la SFIO ainsi que toute la gauche non communiste aux élections présidentielles de 1965. Il surprend tout les observateurs politique en arrivant à avoir 32% des voix, et met en ballottage le Général de Gaulle. Ce dernier est réélu Président de la République au second tour, avec 55% des voix, contre 45% pour le candidat de gauche.

Dès lors, François Mitterrand s'intègre le SFIO à la Fédération de la Gauche démocrate et solidaire. En 1967, la FGDS passera devant le Parti Communiste pour la première fois depuis la Libération en terme d'élus, et deviendra la seconde force politique en France. En 1968, le mouvement de gauche recule fortement et repasse en terme de voix derrière le Parti Communiste. Le FGDS se dissous et la SFIO retrouve son indépendance, qui se renommera le Parti socialiste. En 1969, Gaston Deferre est le candidat socialiste aux élections présidentielles. Il n'obtiendra que 5% des voix soit quatre fois moins que le candidat communiste. Les deux candidat de gauche n'iront pas au second tour.

La création d'un nouveau parti aura comme objectif l'unité de la gauche. Deux ans après la création du parti,François Mitterrand est élu premier secrétaire du PS. Ce dernier souhaite un accord de gouvernement avec le Parti Communiste. En 1972 sera signé un "programme commun" entre la PC et le PS.

Aux élections législatives de 1973, le PS obtient 19% des voix et 20.8% des élus, soit derrière le PC en terme de voix mais devant ces derniers en terme d'élus.

Un an plus tard, François Mitterrand est le candidat unique de la gauche à l'élections présidentielle. Il arrivera premier au premier tour avec 43% des voix, mais perdra au second tour, avec 48.2% des voix contre Valéry Giscard d'Estaing.

Le PS gagne en popularité entre 1974 et 1981. Ils remportent les élections cantonales de 1976 et 1979, et remportent de nombreuses grandes villes aux élections municipales de 1977.

En 1981, François Mitterrand se représente à la présidence de la République.Il arrive second au premier tour contre, à nouveau, Valéry Giscard d'Estaing, contre qui il avait perdu les élections 7 ans plus tôt. Cette fois-ci il remportera les élections avec 51% des voix au second tour.Il est le premier Président de la République socialiste.La confiance des électeurs est confirmée aux élections législatives, dans laquelle le PS obtiendra la majorité absolue pour la première fois de son histoire. Néanmoins, le PS devient de plus en plus impopulaire, ce qui se traduit par une victoire de la droite aux élections législatives en 1986. La droite gouverne, et la gauche retourne dans l'opposition jusqu'en 1988. François Mitterand sera réelu président de la République en 1988 et le PS remportera les élections législatives.

5 ans plus tard, le Parti Socialiste connu une déroute aux élections législatives : le PS aura moins de 10% des députés alors que la droite (RPR,UDF) rassemble 84% des sièges. La droite gouverne pour les et il s'agit de la seconde cohabitation, qui durera pendant les deux dernières années du second septennat de François Mitterand.

En 1995, le leader du PS lors du pouvoir de François Mitterand, Lionel Jospin,se présente aux présidentielles. Le candidat socialiste parvient à se hisser en première position au premier tour avec 23% des voix, mais Jacques Chirac, le candidat de droite, remporte le second tour.

Les élections législatives avancées de 1997 feront le bonheur des socialistes, qui remporteront 43% des sièges. Les socialistes reviennent au gouvernement et Lionel Jospin devient premier ministre jusqu'en 2002. Ce dernier se représente aux élections présidentielles de 2002. Contre toute attente, il ne passera pas le second tour.Il se retire du leadership de la gauche, et François Hollande dirige à présent la gauche. Les élections législatives seront une défaite, et la gauche revient dans l'opposition. Le PS remporte 20 des 22 régions aux élections régionales de 2004.

En 2007, Ségolène Royal se présente aux élections présidentielles pour le PS : elle arrive en deuxième place en premier tour, et perd le second tour avec 47% des voix. La droite remportera les élections législatives avec près de 60% des sièges, tandis que la gauche réunie aura moins de 40% d'élus. La gauche reste donc dans l'opposition. A partir de 2008, Martine Aubry est la nouvelle premier secrétaire du PS et dirige le parti vers les élections présidentielles de 2012.Néanmoins, des conflits internes auront des conséquences sur les résultats. Aux élections uropéennes de 2009, le PS obtient 16.5% des voix, soit 11 points de moins que la droite.

Le PS remporte 20 des 22 régions aux élections régionales de 2010. Cette victoire marque le début d'une progression des scores pour la gauche. Ils remportent les élections cantonales, et arrive à obtenir la majorité d'élus au Sénat. Des primaires ouvertes sont organisées afin de désigner le candidat aux l'élections présidentielles de 2012. François Hollande est donc le candidat du PS. Il sera élu président de la République avec 51.6% des suffrages exprimés.

Le PS remporte les élections législatives et obtient, en s'alliant avec toutes les forces de gauche, la majorité absolue.

Pendant la Présidence de François Hollande, le PS perd de nombreuses élections : les municipales et les européennes de 2014, ainsi qu'au élections régionales de 2015. Le PS oscille entre 15 et 20% des voix.

Le PS peut-il garder son pouvoir encore très longtemps?

II. Idéologie du PS

Le PS est un parti aujourd'hui social-démocrate, c'est à dire réformiste tout en voulant garder une économie de marché.