Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Parlons Politique !

Parlons Politique !

Menu
La transition écologique : utopie ou passage obligé ?

La transition écologique : utopie ou passage obligé ?

Le concept de transition écologique est théorisé par Rob Hopkins, universitaire en permaculture britannique et auteur de différents ouvrages sur les initiatives de transitions citadines, que l’on pourrait définir au travers d’un processus visant à assurer la capacité à encaisser les crises économiques et/ou écologiques au sein des villes face au défis que sont le pic pétrolier et le dérèglement climatique.  Le concept regroupe les principes et les pratiques de la société à propos de la résilience locale, l’économie en boucle et la réduction des émission de Co2.

Transition écologique = Transition énergétique ? 

La « transition écologique » est un changement de modèle économique et social qui vise un passage à long terme du mode actuel de production et de consommation à un mode plus écologique. La transition énergétique, quant à elle, évoque le passage d’une énergie nucléaire et fossile à une énergie renouvelable respectueuse de l’environnement. Cette notion comprend la diminution des gaz à effet de serre et l’utilisation des  pesticides. La technologie doit se mettre au service de la planète. La science doit inventer et mettre en place des pratiques innovantes pour réduire l’impact de la pollution. Avec une population mondiale en pleine croissance, nous devons penser à un modèle de diversification des sources d'énergie. 

Que permet ce nouveau modèle mis en avant ?

Rob Hopkins

Le réchauffement climatique et l’affaiblissement des ressources naturelles ont conduit Rob Hopkins à imaginer un nouveau modèle économique plus respectueux de l’environnement et de la santé qui permettra à l’humanité de sortir de ce modèle non écologique. Ce nouveau modèle est appelé « transition écologique ». La transition énergétique est un changement profond de nos habitudes de production, de consommation, pour nous conduire vers un mode plus écologique. Cette transition implique également un changement de politique énergétique. Cette nouvelle politique énergétique devrait prendre en compte tous ces aspects pour améliorer l’efficacité de la politique énergétique. Cette politique vise aussi à favoriser l’indépendance énergétique. Entre autres points déterminants, nous pouvons noter la limitation des risques liés à l’énergie nucléaire. La vision est de parvenir progressivement à abandonner cette source d’énergie pour passer à des solutions plus écologiques. Les éoliens, barrages hydrauliques, énergies solaires, biomasses et autres semblent être de bonnes alternatives. Certes, il est difficile de passer du jour au lendemain à ce nouveau modèle mais progressivement, il est possible de le faire.

Un sujet au quotidien

Le monde est devenu si restreint dans le sens où les problèmes sont forcément liés les uns aux autres. La transition écologique est donc une préoccupation majeure qui répond aux problématiques d’aujourd’hui et cherche une solution efficace au réchauffement climatique. Ce domaine lutte pour l’équilibre de la biodiversité et l’abaissement des énergies fossiles. Toutes les populations sont concernées et doivent rechercher des solutions à la diversification et l’inégalité des sources d’approvisionnement. La transition écologique concerne donc tout le monde et interagit dans tous les secteurs, bien qu’il existe des domaines qui sont plus touchés que d’autres. La transition écologique touche bien évidemment plusieurs domaines en allant de la transition du transport avec davantage de transports en commun à par exemple la transition agroalimentaire qui incite à une production bio. Cette politique intervient également dans les domaines de la transition énergétique et la préservation de la biodiversité. La transition écologique permettrait également une fiscalité réorganisée, passant notamment par plus d’égalité dans la répartition des richesses.

Différentes idées à ce sujet…

La transition écologique peut passer en premier lieu par la proposition à l’Union européenne d’un plan d’investissement de 1 000 milliards d’euros en sa faveur. En France, on pourrait proposer d’instaurer une TVA différenciée pour les produits à faible empreinte carbone et rendre la fiscalité incitative pour guider l’épargne des Français vers des investissements verts.

Benoit Hamon

C’est notamment une idée reprise par Benoit Hamon. Il s’agit de lancer un plan massif d’investissements dans la rénovation énergétique des bâtiments et d’un programme de soutien aux jeunes agriculteurs qui souhaitent reconvertir des exploitations en fermes bio. Concernant les énergies, un des objectifs pourrait être de parvenir à 50 % d’énergies renouvelables en 2025. On pourrait déjà penser par ailleurs à une sortie du diesel en 2025 et l’interdiction de certains pesticides et perturbateurs endocriniens. 

On pourrait voir la transition écologique d’une autre façon, en mettant en avant le fait qu’il faudrait revenir à une agriculture davantage raisonnée. C’est l’idée de Jean-Luc Mélenchon.

Jean-Luc Mélenchon

Pour cela, 400.000 paysans seraient nécéssaire de plus capables de faire de l'agriculture bio, alors même que beaucoup d’agriculteurs éprouvent de plus en plus de mal à boucler leur fin de mois aujourd'hui. La faute serait à la suppression des quotas laitiers qui dénonce les dérives de l'agriculture productiviste et industrielle. Toujours dans une perspective de plus en plus écologique, Jean-Luc Mélenchon mettrait également un point final aux "grands projets inutiles comme l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes." Il pense qu’il faut en finir avec nos activités nucléaires et de fermer "immédiatement" la centrale de Fessenheim.

La transition écologique est un sujet à prendre très au sérieux. Elle est une priorité pour aujourd’hui affectant ainsi tous les secteurs de la vie économique et sociale. Si nous voulons laisser un meilleur monde aux génération-s futures, alors il faut s’y prendre des maintenant. 
 
   

Albert Camus : « Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande » (1957)