Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Parlons Politique !

Parlons Politique !

Menu
Pourquoi François Fillon va t-il perdre l'élection présidentielle ?

Pourquoi François Fillon va t-il perdre l'élection présidentielle ?

Pourquoi François Fillon va t-il perdre l'élection présidentielle ?

Investi comme le candidat de la droite à l’élection présidentielle suite à la Primaire de la droite et du centre, François Fillon est considéré aujourd’hui comme le grand favori de l’élection présidentielle. Néanmoins, à cinq mois du scrutin, bon nombres de ses prises de positions font déjà polémique et sont mises en évidence par les évidences. « Mr.Nobody » ou « le collaborateur » de M. Sarkozy est aujourd’hui mis à l’épreuve : il doit faire barrage au Front National pour éviter que Marine Le Pen. Mais en vue de ces valeurs libérales et réactionnaires, peut-on vraiment parler de choix ? Ainsi, peut-il encore perdre l’élection présidentielle ? Une alternative est-elle possible face à la droitisation de la société française ? 

Pourquoi ses prises de positions ne feront-elles pas avancer les choses ?

Tout d’abord, rappelons-nous que l’homme a été Premier Ministre du Président Sarkozy de 2007 à 2012. Cinq années durant lesquelles il aura « collaborer » avec le Président, et pour lequel il doit en partager la responsabilité. Le bilan reste le même, juste la personne change. Mais, que peut-on penser de la baisse importante de la croissance économique, de la montée du chômage ainsi que de l’augmentation faramineuse de la dette ? Comment peut-on croire en un homme qui est en partie responsable de l’échec de la droite entre 2007 et 2012 ? Il est difficile de croire aujourd’hui en quelqu’un qui a laissé le pays en 2012 au bord de la récession. Alors après, le fait qu’il souhaite instaurer des politiques de rigueur ne peut que faire rire l’électeur, qui lui a vu le bilan désastreux précédant.

Alors après, il veut se faire passer pour un homme innovant. Il veut jouer dans la cour de ceux qui ont réformés le pays. Mais ces réformes ne sont-elles pas contradictoires avec ce que la France a aujourd’hui besoin ? Après avoir été celui qui réforma le système de retraite en 2003 (en oubliant néanmoins de réformer les «  régimes spéciaux » - quel manque de courage par ailleurs !)  Il souhaite désormais se consacrer notamment à la baisse du nombre de fonctionnaires, et à l’augmentation du temps de travail. Ainsi, le pays devrait continuer de tourner avec une baisse artificielle de service public. Ca ne choque pas Mr.Fillon, qui pense ainsi  se serrer la ceinture en baissant la qualité de service public pour chaque citoyen. Est-ce innovant et bon pour une économie de tuer les fonctionnaires ? Ayant été toute sa vie élu de la République, peut-il évaluer la gravité des réformes qu’il souhaite engendrer sur le pays.

Dans la même logique, il souhaite se la jouer à la Trump en voulant « désétatiser le système de santé ». Il s’agit donc d’une suppression de l’Assurance Maladie pour la « bobologie ». Seul un système de mutuelle pourra donc prendre en charge les soins. C’est ainsi que Fillon s’imagine une (nouvelle) France : les pauvres ne pourrons plus se soigner, et devront s’appauvrir pour survivre. Est-ce vraiment ça que le souhaite voir dans notre France ? Doit-on renier en notre système de santé dont nous sommes si fiers et favoriser davantage les inégalités ?

On remarque aussi que le candidat investi par les Républicains est aussi le candidat de La Manif pour Tous.  Cette organisation, qui a pour but  de montrer son hostilité à tout progrès social, en particulier en ce qui concerne les droits pour les homosexuels, souhaite en faire son favori. Ainsi, il doit les satisfaire. Aura-t-il le courage de revenir en arrière ? Il fait partie de cette « vieille » France, qui au nom de l’intolérance, se clame d’être les survivants d’un monde passéiste, tout en étant réactionnaire.
Est-elle là, cette France que l’on souhaite ? Au nom de l’alternance, toutefois nécessaire, bon nombre de citoyens ont investis François Fillon comme candidat de l’opposition et favori. On a les candidats qu’on mérite. La droite ne s’est pas responsabilisée et présente un réactionnaire à la Présidentielle. Aucune leçon n’a été tirée de l’élection de Trump. 


« Une tortue mérite plus d'estime que certains réactionnaires, au moins elle marche »
 Jean Louis Auguste Commerson