Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Parlons Politique !

Parlons Politique !

Menu
Emmanuel Macron : la démission d'un futur candidat ?

Emmanuel Macron : la démission d'un futur candidat ?

Emmanuel Macron : la démission d'un futur candidat ?

Après avoir démissionné du gouvernement, deux ans presque jour pour jour après l’après intégré, Emmanuel Macron donne un visage inédit à la classe politique actuelle : après avoir été le chouchou de l’Elysée, il est aujourd’hui le visage de la désunion du gouvernement Valls. Après avoir montré ce weekend dans un pseudo-congrès de rentrée l’union des alliés d’Hollande, on voit que cette tentative échoue, à nouveau. Macron montre donc qu’il n’a pas besoin d’un gouvernement au point mort et incohérent avec sa vision de la gauche pour faire les réformes qu’il souhaite pour notre pays.

Mais à présent il prend un risque pour sa carrière politique : Après avoir quitté le Titanic avant qu’il rencontre l’iceberg, il est dos au mur.
Selon une phrase de Bernanos reprise par le principal concerné, « l’espérance, c’est le risque des risques ». Certes, mais parle-t-on d’un projet à court ou à moyen terme pour l’ex-ministre de l’économie ?
Après avoir lancé début avril le mouvement En Marche, nous nous sommes déjà doutés que l’homme avait des plans derrière la tête. Mais en 5 mois, il arrive à rassembler près de 70 000 personnes. En soit, déjà un exploit.

A travers le concept inédit de La Grande Marche, il pourra, rendre son « diagnostic » du pays fin septembre. L’offre peut donc paraitre intéressante, mais on ne peut pas se reposer sur les lauriers d’un porte à porte. Un programme doit donc être établi, en tout état de cause il doit s’inspirer de la grande marche.

Néanmoins, si Emmanuel Macron veut se présenter à la prochaine échéance, il devra faire face à deux problèmes pour être crédible et apte à réussir son pari : d’une part il devra lever des fonds. Avec un réseau important dans le domaine des affaires, cela ne devrait pas être un frein à sa quête présidentielle.

De plus, il devra élargir sa base militante pour acquérir une crédibilité dans sa campagne : on est encore très loin des 200 000 militants républicains.

Macron jouera donc très certainement sur les sondages pour décourager le Président de la République de se représenter. Il remet donc en jeu les cartes de Hollande. Ayant déjà des chances plus qu’infimes, François Hollande doit-il se battre contre Macron ou le considérer comme son successeur ?

C’est une question vaste, mais chacun sait que dans un duel Macron-Hollande, c’est perdu pour la gauche, sachant que Mélenchon va piquer des voix au PS. Avoir 3 candidats à gauche est une faute morale et politique pour l’avenir du parti : Il faudra donc faire un compromis. En vue des sondages, il est préférable que Macron se présente. Mais ce dernier devra vraisemblablement se contrer à un candidat de l’aile gauche du PS , comme par exemple Montebourg ou Hamon.

Macron doit-il attendre donc attendre 2022 ?

Non, certainement pas. Il est jeune et a donc le temps de se présenter à plusieurs reprises, comme l’a fait Mitterrand en son temps.

Comme le dit Henri Savary, député PS de la Gironde, « Toutes les hypothèses sont possibles. L’avenir de la gauche se construit sur deux jambes. Mitterrand l’avait fait avec le jeune PS et le vieux PCF. L’avenir se fera avec le vieux PS et quelque part ailleurs au centre gauche. Macron est peut-être en train de créer ça».

Macron joue donc beaucoup sur la rupture et montre par la qu’il souhaite s’affranchir des étiquettes politiques, en voulant montrer à la France qu’elle ne doit pas céder aux nombreux blocages politiques, économiques et sociaux dont elle est victime.
Néanmoins, reste à voir si avec cette rupture, « tout devient possible » ou « le changement c’est maintenant ».

Dépasser le clivage gauche/droite, tel est son but, mais arrivera-t-il, avec son statut d’autoentrepreneur de la politique, de parvenir au sommet ?